• +06 77 96 06 87
  • myleneferrieux@gmail.com

9ème jour du calendrier de l’Avent 2017

9ème jour du calendrier de l’Avent 2017

9ème jour du calendrier de l’Avent.

La maxime du jour, est extraite d’un proverbe hindou :

Le sourire que tu envoies, revient vers toi !!!!

Cette maxime nous dit que le sourire que nous envoyons, nous revient toujours.

Qu’en est il de votre sourire ? Est il toujours naturel, instantané ? Y a t’il des sourires forcés ? des sourires de convenances ?

Qu’y a t’il donc derrière , ou plutôt SOUS(le)RIRE ?

De la joie ? des émotions ? de la fierté ? un clown triste ?

Il y a tant de possibilités, car chaque émotions que nous vivons s’exprime à sa manière.

Avant de passer à l’exercice cadeau du jour, ouvrons nous d’abord au sourire  🙂 🙂 🙂

Quelles en sont les origines ?

Le sourire est une expression du visage témoignant en général de la sympathie.

Le mot sourire est apparu au Moyen Âge, issu du verbe latin sub-ridere qui signifie prendre une expression rieuse ou ironique, destiné à tromper, mais le sens se rapproche plus du mot latin risus qui appartient au vocabulaire du rire.

Le sourire est une expression du visage qui se forme par la tension de muscles, plus particulièrement aux deux coins de la bouche, mais aussi autour des yeux. Il exprime généralement le plaisir ou l’amusement, mais aussi l’ironie, et joue ainsi un rôle social important.

Le cerveau humain serait capable d’isoler un sourire du reste du visage, ce qui se vérifie en observant une photo retournée verticalement où le sourire est, lui, resté dans le bon sens.

Le sourire est une attitude assimilée par renforcement comme positive, et cela dès la naissance, mais il est considéré comme inné et génétiquement déterminé, puisqu’il apparaît chez des enfants sourds et aveugles de naissance.

Traditionnellement, le « sous-rire » était considéré comme un « en dessous du rire », qui apparaissait, avec le rire, dans les cérémonies d’accueil, dérivés de la menace, comme une morsure ritualisée par le jeu. La langue française garde cet aspect mais les avis sur le sujet ont changé. Le rire et le sourire ne sont pas toujours en continuité : un grand sourire ne se prolonge pas en petit rire. Les situations où apparaissent ces expressions cousines sont variées et distinctes. Leurs rôles dans la communication sont différents, ainsi que les émotions qui les sous-tendent. Cependant, ce sont tous les deux des déclencheurs sociaux, une invitation aux échanges, à la détente. Ils sont présents dans diverses circonstances plus ou moins stressantes des relations sociales, mais le positionnement de l’individu pour ces deux expressions est différent.

Le sourire, à l’origine, est surtout un mouvement de défense, de soumission. Son ambivalence est évidente : il est utilisé lorsque les relations entre les individus sont mal définies, par prudence ou par convention, mais on le retrouve aussi dans les rapports amicaux, bienveillants ou amoureux, ou encore dans la reconnaissance, la connivence. Le rire, a contrario, est un comportement réflexe plus agressif, les dents sont découvertes ; c’est ce que l’on retrouve dans la moquerie. Il est également présent dans le jeu et la séduction, il permet aussi de briser la glace avec des étrangers. On considère que le rire est une fonction vitale comme l’éternuement ou le clignement des yeux, on ne peut le réprimer. Il apparaît au quatrième mois de la vie, mais on ne connaît pas vraiment son utilité dans l’évolution, ni pourquoi il a été conservé des primates à l’homme.

Malgré son origine agressive, il a une fonction anti-stress voire antalgique, grâce à une libération d’endorphines. De la dopamine et de la sérotonine sont également libérées, ce qui entraîne des modifications physiologiques : le rythme cardiaque augmente brutalement puis diminue avec la respiration, les muscles et les artères se relâchent sous l’action du système parasympathique. Le rire agit comme un massage des viscères.

Ces deux expressions ont été ritualisées dans de très diverses circonstances. Elles expriment de nombreuses émotions, selon les types de rires et de sourires. On distingue le sourire réflexe lors du bien-être et le rire réflexe dans une situation d’incongruité ou comique. De la même manière, il existe un sourire forcé dans les rapports polis et un rire forcé dans la moquerie et le cynisme. (Source wikipédia)

Il existe différents types de sourires :

De nombreuses nuances de sourire existent pour s’adapter à de très diverses situations sociales ou pour exprimer la large palette des émotions. De nombreuses classifications sont possibles, selon l’intensité, les situations d’apparition, l’état intérieur de l’individu

Par exemple, Jacques Corraze en distingue différentes sortes :

  • le sourire simple : pendant les jeux solitaires ou en société
  • le sourire supérieur : plus marqué, il est associé au contact visuel
  • le sourire large : lors des jeux vifs, les dents sont visibles ; il est similaire au sourire des primates, quand le contact visuel se fait, il est remplacé par le sourire supérieur
  • le sourire comprimé : lorsque le rire est interdit, camouflé par un sourire
  • le sourire oblong : addition d’un sourire simple et de la chute des extrémités de la bouche.

Pour lui, les expressions sont constituées d’éléments simples de base qui s’additionnent pour exprimer toutes les nuances. Par exemple, quand on sourit dans la tristesse, il s’agit d’un type de sourire dit :  « sourire courageux ».

Pour l’écrivain Patrick Drevet, auteur de l’essai Le Sourire, les différences entre les sourires dépendent surtout de l’état d’esprit de la personne, ainsi il parle de sourire du traître, de l’amoureux, de l’ange, de la concupiscence…

Comme vous le voyez, il y a toutes sortes de sourire 🙂 Revenons en donc à notre maxime du jour et aux questions que je vous ai posées au début de mon article.

Qu’en est il de votre sourire ? Est il toujours naturel, instantané ? Y a t’il des sourires forcés ? des sourires de convenances ?

Qu’y a t’il donc derrière , ou plutôt SOUS(le)RIRE ?

De la joie ? des émotions ? de la fierté ? un clown triste ?

Je vous propose pour le vérifier, 2 variantes, la première  très simple consiste à dessiner un visage ! N’ayez aucune appréhension, peu importe à quoi il ressemble ce portrait 🙂 voyez le mien 🙂 ce n’est pas le but du travail ! Que ce soit en art thérapie, en journal créatif, en SoulCollage ou même avec l’argile qui sont mes outils de prédilection pour travailler, ce n’est pas la beauté qui est recherchée. L’art à proprement parlé, n’est pas ce qui nous intéresse, ce qui est important c’est uniquement de se déposer ! Alors allez y si toutefois, cela vous angoisse, inquiète ou tout simplement vous déplaît, vous pourrez utiliser le 2 ème variante que je vous explique ci dessous.

Pour cet exercice, après avoir dessiné le visage, ajoutez lui les éléments qui le compose à votre gré. Pensez bien à la chevelure, qui va être primordiale dans cet exercice.

Ecrivez à l’intérieur de celle ci, (et dans la totalité de la chevelure 🙂 )mon sourire c’est ….. ou encore, lorsque je souris, je dis ……….

Comme d’habitude, écrivez sans vous relire, ni porter de jugements quels qu’ils soient, écrivez tout ce qui vous passe par la tête.

Terminez l’exercice en coloriant votre portrait.

2ème variante

Choisissez l’image d’une visage souriant dans une revue,  découpez là, et collez la sur une feuille blanche ou dans votre cahier.

Comme dans l’exercice décrit ci-dessus, écrivez au feutre permanent dans toute la chevelure, selon les mêmes indications. Vous pouvez aussi vous amuser à faire les 2 et voir quelles sont les différences ressenties.

Encore une fois n’hésitez pas à laisser vos commentaires, sur Facebook, Twitter  et sur ce site.

exercice d’écriture sourire Mylène Ferrieux

Mylene

2 Comments so far

ML BrodyzenPosted on  8:30 - Déc 9, 2017

Le sourire c’est presque tout l’alphabet ! Accueil, Bienveillance, Chaleur, Délicatesse, Energie, Fidélité, Gratitude, Humanité, Implication, Luminosité, Mansuétude, Non-violence, Ouverture,Partage, Quiétude, Réconfort, Satisfaction, Tendresse, Universalité, Vérité, Zénitude. Le mien toujours spontané et souvent des inconnus me parlent ! C’est une arme redoutable en médiation pour désamorcer les tensions à la hauteur de son authenticité. De nature très souriante, il m’arrive parfois de me décourager et de perdre le sourire mais ce n’est jamais pour longtemps car il y a tant d’occasions de sourire que c’est vite balayé ! Merci pour ce bel exercice . Belle journée ❄⛄❄⛄❄

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.